Chapitre 3 - Comment la socialisation contribue-t-elle à expliquer les différences de comportement des individus ? 

 

1/ Comment la socialisation influe-t-elle sur les manières de penser et d’agir ? 

2/ Quelles sont les conséquences de la diversité des formes de la famille ?

3/ Comment la socialisation se poursuit-elle à l’âge adulte ? 

4/ Comment expliquer les trajectoires “improbables” ? 

Télécharger
Le dossier du cours
LLG-S1-CH3-Social.pdf
Document Adobe Acrobat 2.9 MB

Notions

 

PRÉ-REQUIS SECONDE

socialisation, norme, valeur, rôle

instances de socialisation

famille, école, médias, groupes de pairs

genre 

milieu social

 

NOTIONS COMPLÉMENTAIRES

Groupe de référence : groupe social dont les valeurs, les normes et les comportements sont adoptés comme modèle par un individu. 

Socialisation anticipatrice : processus par lequel un individu adopte les règles de conduite du groupe qu’il souhaite intégrer. Ce groupe social auquel il se conforme est un groupe de référence. 

 

NOTIONS

(Façons d'agir, de penser…) socialement situées : qui diffèrent en fonction du milieu social, du genre et de tout groupe d'appartenance (groupes de pairs).  

Diversité des configurations familiales : les familles sont de plus en plus diverses (biparentales ou monoparentales, recomposées, homoparentales...)

Socialisation : La socialisation est un processus par lequel un individu devient un membre d'un groupe social, en intériorisant les normes et les valeurs de son groupe. (définition de seconde)

Socialisation primaire : premier processus d’apprentissage de normes et de valeurs qui s’effectue durant l’enfance

Socialisation secondaire : poursuite du processus de socialisation tout au long de l’existence à travers notamment les instances de socialisation conjugale, professionnelle et politiques. 

Trajectoire : événements, étapes et transitions vécus par les personnes dans les différents domaines de la vie que sont la résidence, les relations familiales et sociales, l'activité (formation, emploi, loisirs), ainsi que la santé. Cette trajectoire peut être influencée par les groupes d’appartenance (socialisation) mais aussi par les choix individuels (émancipation). 

Entraînez-vous à rédiger la partie 2 de l'E3C en SES avec un sujet sur la socialisation : 


Télécharger
E3C partie2 socialisation.pdf
Document Adobe Acrobat 687.3 KB

Besoin d'aide pour la méthode ? ...allez voir par ici. 

Qu'en pensez-vous ?

 

1/ Quelles manières de vivre en société Eddy de Pretto décrit-il comme "masculines" dans Mon Kid ?

--> AEI

2/Comment peut-on expliquer cela ? 

--> AEI

1/

AFFIRMER

Eddy de Pretto liste dans les paroles de sa chanson tous les comportements "typiquement masculins" auxquels un garçon est censé se conformer pour devenir "un homme", autrement dit pour être reconnu comme tel par les autres membres de la société.

 

 

 

Vous pouvez vous poser les mêmes questions avec les deux clips ci-dessus !

EXPLIQUER

En effet, les petits garçons cherchent à copier un modèle, qui les fera ressembler aux autres garçons. Ils seront tous plus ou moins identiques et ainsi auront le sentiment d'appartenir au même groupe.Dans le cas contraire, trop de différences individuelles pourraient être vues comme une menacepour le groupe fondé sur cette identitémasculine. Dans ce cas, les autres membres de la société risquent de sanctionnerun comportement non conforme par le rejet, sous différentes formes.

Pourtant, en répétant "Mais moi, mais moi" dans le dernier cuplet, Eddy de Pretto rappelle que chacun d'entre nous est / doit pouvoir être différent, aude-delà des influences du groupe auquel on appartient...


ILLUSTRER

La quasi-totalité des paroles de Mon Kid illustrent les normes qu'un individu est censé respecter pour être reconnu comme un homme à part entière par les autres membres de la société. Ainsi un homme est supposé être "fort" physiquement et moralement, faire preuve de "puissance" avec une "posture de caïd". "Invulnérable", il cherche la "bagarre", tout en se comportant "héros", un "Apollon" qui n'oublie pas de compter les "billets".

Un homme se définirait donc pas sa force, sa puissance, sa richesse et ses comportements agressifs, en marge de l'autorité. Celui qui serait plus "sensible" et oserait aller vers les "contrées roses" prend le risque de ne pas être considéré comme un homme, ou pire d'être perçu comme féminisé.


1 / Comment la socialisation influe-t-elle sur les manières de penser et d'agir ? 

La socialisation dans la "vraie vie" : le cas de l'architecte Jean Nouvel

 

Dans le cas de Jean Nouvel, on peut voir que sa socialisation l’a d’abord amené à intérioriser les normes et les valeurs de son instance de socialisation primaire (sa famille).

 

En effet, ses parents professeurs l’ont poussé à continuer ses études au lycée général, dans lequel la norme  de réussite passe  par la voie scientifique. Jean Nouvel va continuer à respecter cette norme après le baccalauréat, en intégrant une section de maths générales / physiques. Le but pour lui, c’est de rester intégré dans son milieu initial, sa famille. Derrière cette norme de la voie scientifique se cachent des valeurs (croyances) très fortes en France : celle de l’élitisme d’une part, et celle des inégalités de genres d’autre part (les sciences seraient l’univers des hommes). Jean Nouvel est donc le produit d’une socialisation très déterministe dans un premier temps.

 

MAIS

 

la diversité des milieux socialisateurs ( école, pairs, médias, religion, culture ethnique…) peut soit renforcer cette première socialisation, soit au contraire l’affaiblir, en donnant la possibilité à Jean Nouvel d’exprimer des choix plus individuels : ici, le professeur de dessin de Jean Nouvel a joué un rôle déterminant qui lui a permis de modifier sa trajectoire, et devenir un architecte renommé.

a
La "Rose des Sables" de Jean Nouvel, à Doha, au Qatar

A retenir

 

Les sociologues nous ont appris depuis le 19e siècle (E. Durkheim, M. Weber) que pour vivre en société, nous devons apprendre à vivre ensemble dès notre naissance. Autrement dit, nos manières de faire, de penser, de parler, manger... ne sont pas innées, mais acquises, intériorisées du début à la fin de notre vie. C'est ce que l'on appelle le processus de socialisation.

 

Des instances de socialisation (primaires : famille, école - et secondaires : groupes de pairs, médias, travail, couple, citoyenneté) nous transmettent des normes et des valeurs, qui forment une culture commune à l'intérieur d'un groupe donné. Adhérer à cette culture, c'est être intégré dans ce groupe.

 

Ainsi, la socialisation de l'enfant est influencée par les normes et les valeurs mises en avant dans ses divers groupes d'appartenance : son groupe de genre (féminin / masculin) et son milieu social (défavorisé / favorisé) notamment. La socialisation va alors s'appuyer sur des représentations simplistes  (appelées stéréotypes), qui peuvent enfermer les individus dans des rôles bien particuliers.

 

Mais ce processus de socialisation n'est pas un long voyage tranquille.

En effet, dès que l'on se confronte à un nouveau groupe social, avec des normes et des valeurs éloignées des nôtres, une nouvelle socialisation s'enclenche, pour qu'on soit capable de s'intégrer à ce nouveau groupe.

 

Ou alors, si on persiste à agir selon des normes et des valeurs distinctes, notre comportement devient déviant et le contrôle social peut nous le rappeler, avec des sanctions qui visent à nous faire changer de normes et de valeurs...

2/ Quelles sont les conséquences de la diversité des formes de famille sur la socialisation des individus ? 

A retenir

Le modèle d'une famille centrée sur les enfants et leurs parents biologiques n'a rien d'universel. Les personnes que l'enfant reconnaît comme membres de sa famille, et plus spécifiquement, celles avec lesquelles il vit au quotidien, varient d'une société à l'autre, et au sein même d'une société, ce qui affecte les conditions dans lesquelles l'enfant est socialisé. 

 

En effet, les types de familles se sont diversifiés en France aujourd'hui, et la part des familles monoparentales et recomposées augmente, tout en restant minoritaire.

 

Les conditions de la socialisation de l'enfant peuvent donc être différentes d'une famille à l'autre : par exemple, dans les familles recomposées, les rôles des parents et des beaux-parents peuvent s'articuler de façon variable, tandis que le parent biologique qui a la garde de l'enfant peut avoir un rôle plus ou moins prépondérant... Dans une famille monoparentale, le rôle de parent peut être plus ou moins difficile, selon le réseau familial plus ou moins large existant, et selon le type de revenu.

Suivre des cours au lycée Henri IV... pour quelle socialisation ? 

"Moi mes parents sont ouvriers et cette année je pourrais devenir le premier à avoir le bac S.Chacun sa famille." (commentaire de la vidéo)

3/ Comment la socialisation secondaire contribue-telle à l'identité sociale des individus ? 

A retenir

La socialisation secondaire dure tout au long de la vie d'un individu. Celui-ci, en étant confronté à de nouvelles situations, peut modifier partiellement ses goûts et ses comportements, ou bien au contraire les renforcer. 

L'identité sociale d'un individu se transforme donc lorsque celui-ci occupe de nouveau rôles sociaux

 

  • Exercer une activité professionnelle, fréquenter les collègues de travail constituent pour l'individu une socialisation professionnelle
  • Le couple associe deux individus qui ont chacun leur identité et cela les pousse à la modifier, ce qui constitue une socialisation conjugale.
  • Les valeurs et les normes politiques d'un individu, en partie héritées de sa famille, peuvent changer à l'occasion d'événements ou de rencontres : on parle alors de socialisation politique

 

4/ Pourquoi certains individus ont-ils des trajectoires improbables ? 

A retenir

Il existe plusieurs instances de socialisation, parfois divergentes.

la famille, les pairs, l'école puis les univers professionnels, les médias, transmettent des valeurs et des normes parfois divergentes, ce qui peut créer des conflits de socialisation

 

De plus, l'individu peut connaître une socialisation anticipatrice qui le conduit à s'identifier à un autre groupe que le sien (un groupe de référence).

 

Dès lors des trajectoires individuelles peuvent se révéler improbables.

La diversité des influences socialisatrices peut modifier l'identité sociale des individus, qui peuvent alors connaître des parcours auxquels leur socialisation initiale ne les prédisposait pas forcément.

Par exemple, l'accès d'un enfant défavorisé à des études très sélectives peut aboutir à une ascension sociale qui transforme brutalement les acquis de la socialisation primaire, et les relations avec le milieu d'origine. 

 

Parfois un événement brutal, comme une maladie ou une perte d'emploi, des rencontres improbables, des accidents de la vie, font radicalement dévier les trajectoires individuelles. 


BILAN



Pour aller plus loin...

ECOUTER

Méritocratie, ascenseur social, transfuge de classe… Les termes pour évoquer la mobilité sociale sont nombreux. Mais quelle est la réalité de ceux qui vivent ou subissent le changement de classe sociale ? Peut-on et faut-il se débarrasser des marqueurs sociaux de son milieu d’origine ?

Écoutez l'émission / débat sur France Culture! (durée 40 mn mais vous faites bien comme vous voulez!)


Que sont-ils devenus ?Arte Radio :

Douze ou quinze ans après la troisième, ils racontent leur vie à leur ancien professeur. De belles illustrations du fait que le parcours de vie n’est pas toujours linéaire.


Stick to the Status Quo, High School Musical

Ecoutez bien les paroles, et réfléchissez à leur sens du point de vue des mécanismes de la socialisation...


« La notion d’habitus chez Bourdieu », Les chemins de la philosophie, Franceculture.fr :

La sociologue Nathalie Heinich présente le concept d’habitus et l’illustre par de nombreux exemples.


LIRE

La BD L'Arabe du Futur de Riad Sattouf (2014)

Le roman Vent d'Est, Vent d'Ouest de Pearl Buck (1932)

Le roman En finir avec Eddy Bellegueule, d'Edouard Louis (2014)

La BD Toute la Socio en BD, tome 1, de Claire Fumat et Maud Hopsie(2018)

VOIR

Le film Entre les murs, sorti en 2007, raconte une année scolaire dans un lycée d’un quartier populaire, à Paris, et se penche sur les inégalités scolaires.


Le Brio de Yvan Attal, 2017.

Neïla Salah, jeune femme originaire de Créteil, a toujours voulu devenir avocate. Dès ses premiers jours à l’université Panthéon- Assas, elle est confrontée au professeur Pierre Mazard qui va la préparer à un prestigieux concours d’éloquence. Un film sur la socialisation anticipatrice et la rencontre des milieux sociaux.


Captain Fantastic, de Matt Ross, 2016.

Ben est le père d’une famille qui vit dans les bois, retirée du monde moderne. Le film est construit sur la confrontation de cette famille avec les modes de vie actuels et propose une belle réflexion sur ce qu’est une famille.


Intouchable, 2011.

Tout ce qui brille, 2010.