Chapitre 4 - Quels sont les processus sociaux qui contribuent à la déviance ?

 

PLAN

I - Comment s’applique le contrôle social ?

A- La conformité aux normes

B- La déviance ou la transgression des normes

C- Les différentes formes du contrôle social

II - Par quels processus un individu devient-il déviant ?

A-Le processus d’étiquetage

B-Le processus de stigmatisation

C-La déviance comme carrière

III - Comment mesurer la délinquance ?

A-La délinquance : une forme de déviance

B-Les difficultés soulevées par la mesure de la délinquance

Notions

Déviance : transgression d’une norme sociale dans une société donnée.  

Norme sociale (au sens large) : règle qui prescrit ou interdit un comportement au sein d’un groupe social ou d’une société.On peut distinguer les normes sociales au sens restreint des normes juridiques. 

Norme sociale (au sens restreint) : règle informelle qui prescrit ou interdit un comportement et dont la transgression donne lieu à des sanctions non juridiques (moqueries, mise à l’écart, …)

Norme juridique : norme sociale écrite, sous forme de règle de droit (loi, règlement, …) dont la transgression donne lieu à des sanctions juridiques (amendes, peine de prison, …)

Contrôle social : ensemble des contraintes exercées par le groupe pour assurer la conformité des individus aux valeurs et aux normes du groupe auquel ils appartiennent ; il se concrétise par l’application d’un système de sanctions négatives (punitions) pour dissuader les comportements déviants ou positives (récompenses) pour inciter les comportements conformes.

Etiquetage : processus interactif qui consiste à accoler publiquement une étiquette à un individu pouvant le désigner comme déviant

Stigmatisation : processus qui consiste à discréditer voire rejeter un individu en raison d’une caractéristique (stigmate) jugée dévalorisante dans une société donnée. 

Carrière déviante : processus par lequel l’individu déviant renforce ses comportements pour être conforme à son groupe déviant. 

Délinquance : acte qui transgresse les normes juridiques et qui est à ce titre, puni par la loi


Contrôle social et technologie numérique

Une nouvelle application va permettre aux témoins d’incivilités de filmer l’incident en temps réel et d’entrer en contact instantanément avec le centre de vidéosurveillance de la police municipale.…


IAM, extrait de Demain, C'est Loin (1997)

L'image du gangster se propage comme la gangrène sème ses graines

Graines, graines, graine de délinquant qu'espériez vous ? Tout jeunes

On leur apprend que rien ne fait un homme à part les francs

Du franc-tireur discret au groupe organisé, la racine devient champ

Trop grand, impossible à arrêter

Arrêté, poisseux au départ, chanceux à la sortie

On prend trois mois, le bruit court, la réputation grandit

Les barreaux font plus peur, c'est la routine, vulgaire épine

Fine esquisse à l'encre de Chine, figurine qui parfois s'anime

S'anime, animé d'une furieuse envie de monnaie.

"Demain, c'est loin", paroles : Philippe Fragione et Geoffroy Mussard

Musique : Geoffroy Mussard et Pascal Perez, éditions Côté Obscur.


Vous pouvez aussi vérifier votre compréhension des notions avec un quiz socratique

Allez sur l'application SOCRATIVE Student : sur ordi ou téléphone - gratuit, sans inscription

Salle de classe : DEVIANCE

Puis indiquez  groupe + prénom

(exemple : G4paul)

Et c'est parti !

 

Vous avez droit à autant de tentatives que vous le souhaitez.

La meilleure performance compte comme note positive.



I - Comment s’applique le contrôle social ?

Au sein des groupes sociaux, des normes fixent les comportements attendus des individus, ou qui leur sont défendus. Ce sont d'abord les membres du groupe qui effectuent le contrôle social, c'est à dire qui contrôlent la conformité des comportements aux règles. 

Par exemple, celui qui ne cède pas sa place à une personne âgée dans un bus s'expose à des regards désapprobateurs, voire à des remarques. Il s'agit ici d'un contrôle social informel, qui vise à faire respecter des normes sociales

 

Mais le contrôle social est aussi exercé par des institutions spécialisées dotées d'un pouvoir de contrainte (police, justice, école...). Il s'agit alors d'un contrôle formel, sur des règles explicitées dans le droit (Lois, règlements...) qui sont des normes juridiques.

Ainsi, celui qui jette son chewing-gum dans la rue s'expose à une sanction de la police, qui peut lui demander de payer une contravention. 

 

Ces deux formes de contrôle social coexistent.

De plus, le respect des normes juridiques est également souvent associé au respect d'une norme sociale : jeter son chewing-gum expose à la réprobation. Mais ce n'est pas toujours le cas (utiliser son téléphone portable dans les couloirs du lycée est contraire au règlement, mais la majorité des lycéens est complice par son silence approbateur...)

 

Le contrôle social formel se développe avec le passage des sociétés rurales, de petite taille (solidarité mécanique), aux sociétés urbaines, dans lesquelles les interactions se font avec un plus grand nombre de personnes qui ne se connaissent pas (solidarité organique). Les technologies numériques permettent aussi au contrôle social de s'étendre à une grande échelle. 

Breaking the norms with the artist Lizzo
Breaking the norms with the artist Lizzo

 

Comment les normes sociales et juridiques  évoluent-elles ? 

Chaque société repose sur des normes sociales, c’est-à-dire des règles de comportement.

Ces normes peuvent 

  • se concrétiser par des lois, c’est-à-dire des normes juridiques 
  • ou bien de présenter sous forme de coutumes, de règles implicites, non écrites 
  • Ne pas respecter les normes juridiques expose à de sanctions formelles, imposées par la loi. 
  • Ne pas respecter les normes sociales implicites expose à des sanctions informelles. 

Il existe des liens complexes entre les mouvements sociaux, les lois et les normes. 

Exemples :

La loi de 1981 sur l’abolition de la peine de mort a précédé le changement d’opinion à ce sujet, et ensuite la norme a changé. Inversement, dans de nombreux cas, ce sont les mouvements sociaux qui ont précédé et stimulé le changement de la loi : les écologistes se sont longuement battus avant que des lois voient le jour pour protéger l’environnement… parfois encore ce sont les nouvelles lois qui créent les mouvements sociaux (mouvements anti-IVG, anti mariage pour tous…)

 

La déviance est un acte normal de la vie sociale, qui impulse des innovations et favorise le changement social. Elle peut cependant révéler des situations anormales, telles que l'anomie générée par une désorganisation de la société. 

 

Entraînez-vous à rédiger un paragraphe argumenté :

Question

Montrez que les normes sont différentes selon la société dans laquelle on vit.

(autre formulation : Montrez que les normes ne sont pas universelles...)

II - Par quels processus un individu devient-il déviant ?

 

Nous devenons déviants dès que nous transgressons les normes et les valeurs propres à un groupe social ou à une société.

Donc, tout dépend du groupe ou de la société dans laquelle je vis !

Je peux être tout à fait conforme et intégré/e dans ma société, dans mon groupe et tout à coup être déviant parce que j'ai changé de groupe. Cela va sûrement se produire si je dois migrer d'un pays à l'autre, volontairement ou non.

En France, il est ainsi fréquent d'avoir des relations assez intimes avec ses collègues de travail, on se raconte beaucoup de choses autour de la machine à café.

Mais aux États-Unis, on ne va pas jusque là, et c'est même une attitude qui va être jugée assez déplacée, car trop intrusive... déviante, en fait. 

A partir de là, soit je décide de me conformer aux normes américaines, pour m'intégrer (mais c'est dur, cela va à l'encontre de mes propres valeurs), soit je résiste et je choisis d'être déviant/e.

 

Pour certains sociologues (interactionnistes), c'est ainsi que JE choisis de mener une carrière de déviant/e : les autres vont stigmatiser mon attitude, ce qui va amplifier mon attitude déviante (je vais jouer à la "Frenchie", en surjouant les stéréotypes, juste pour embêter le monde), et en fait je vais ainsi m'exclure peu à peu de la société qui m'accueille, et de ses normes.

 

Pour d'autre sociologues (déterministes), à la suite d’Émile Durkheim, la déviance est le résultat d'une situation d'anomie, c'est-à-dire une situation où les normes sont affaiblies ou absentes. Alors on devient déviant sans le savoir ni même le vouloir, faute de connaître les règles à respecter.

Ainsi, comme dans notre société, la réussite et le travail scolaires ne permettent pas de dépenser l'argent sans compter, on peut chercher des moyens plus directs - mais illégaux - de gagner de l'argent.

Les disciples de Durkheim  verraient dans cette déviance le résultat de l'anomie, elle-même causée par les  lacunes dans la socialisation des individus, qui ne leur a pas permis d'intérioriser les normes et valeurs de la société.

Le cri, Eward Munch, 1885. (Anomie ? )
Le cri, Eward Munch, 1885. (Anomie ? )

 

Pour certains sociologues la déviance est un mode d'adaptation des individus face aux injonctions parfois contradictoires de la société (par exemple atteindre une réussite sociale sans en avoir les moyens légaux...). 

 

La déviance peut s'analyser comme un processus, résultant des intercations entre individus et groupes d'individus. Elle est alors une constructions sociale, conséquence de l'attribution d'une étiquette de déviant par ceux qui veulent imposer leur système de normes, les "entrepreneurs de morale". L'individu ainsi étiqueté est stigmatisé.

Déviance et contrôle social au lycée.

"Le populaire ignore les « neutres » ou « normaux », qui ne demandent pas mieux. Méprise ostensiblement le bas de l’échelle sociale interne à la classe : les « bolos », « victimes », « restreints », « K-Sos », « paumés », « blédards », « intellos », « perchés »…. Encore désignés par d’aimables périphrases : « Elle a le seum », « Il s’est trop victimisé »…

Lisez la suite de cet article du journal le Monde dans le pdf ci-dessous.

Télécharger
Article Contrôle social à l'école Le Mon
Document Adobe Acrobat 62.8 KB

Quelle que soit notre socialisation (primaire et secondaire), il arrivera toujours un moment, même bref, où notre comportement ne sera pas complètement conforme aux normes et valeurs en vigueur dans notre société.

Il suffit pour cela de changer de milieu social, par exemple quand on arrive en classe de 2nde... En apparence, tout le monde semble avoir les mêmes repères, voire les mêmes façons de s'habiller. Et pourtant. Et pourtant, de multiples détails peuvent détonner : la façon de parler, de s'habiller, le téléphone qu'on a (ou pas), les séries qu'on regarde (ou pas), la musique qu'on écoute (ou pas), les notes qu'on à l'école... Tout peut faire de vous un déviant, à savoir un individu qui enfreint les normes et les valeurs dominantes dans un groupe donné.

Face à cela, les groupes sociaux, voire la société dans son ensemble, exerce une contrainte sur l'individu pour le pousser à rentrer dans la norme,  à se conformer aux normes et valeurs dominantes : c'est le contrôle social.

Le contrôle social peut être

  • formel (par des institutions telles que la police ou la justice, pour faire respecter les normes sociales écrites, autrement dit les normes juridiques). Cette forme de contrôle social tend à augmenter dans les sociétés contemporaines.
  • informel (pression diffuse de l'entourage - village, quartier, famille, religion) de l'individu pour faire respecter les normes sociales). Cette forme de contrôle social tend à se réduire dans les sociétés contemporaines.

Le contrôle social des individus s'exerce à travers de sanctions ; ces sanctions peuvent être positives, quand il s'agit d'encourager, de récompenser, pour valoriser un comportement que la société présente comme un modèle. L'hommage populaire rendu à Johnny Hallyday le samedi 09 décembre 2017 en est un bel exemple, mais cela peut être aussi illustré par les petits cadeaux qu'on peut faire à un enfant qui s'est "bien conduit", ou un super cadeau de Noël pour les bonnes notes du premier trimestre.

 

Et bien sûr ces sanctions peuvent être négatives, quand la société punit les individus pour leur comportement déviant, c'est-à-dire non conforme aux normes et valeurs sociales en vigueur dans la société. Le cas le plus évident est le recours à la moquerie, utilisée pour dévaloriser le comportement d'un individu, à travers ses choix vestimentaires, musicaux, sa manière de parler, son accent, son genre...(la liste est infinie, en fait).

 

La notion de contrôle social est importante aujourd'hui si l'on veut réfléchir à l'impact des nouvelles technologies de l'information et de la communication comme instrument de contrôle massif des comportements individuels. Par exemple la géolocalisation permet à chacun de connaitre la position géographique  de chacun. N'est-ce pas la motivation première de tout parent qui décide d'acheter un téléphone portable à son enfant ?!  Mais d'un autre côté cela signifie une vraie régression des libertés fondamentales des individus, comme la liberté d'expression et de circulation.

 

III - Comment mesurer la délinquance ?

Toute délinquance est une forme de  déviance mais toute déviance n'est pas délinquance.

La délinquance, c'est la transgression d'une norme juridique (une loi écrite) ; c'est donc une sous-partie de la déviance (l'autre sous-partie, beaucoup plus volumineuse, étant constituée des comportements qui transgressent des normes sociales non écrites, implicites).  Autrement dit la délinquance n'est qu'un cas particulier de déviance.

 

Mais si ce n'est qu'un cas particulier de déviance, la délinquance occupe une place de premier plan dans les débats publics, parce qu'on on y voit souvent la preuve (ou non) que les individus seraient plus ou moins respectueux des normes sociales, plus ou moins intégrés dans la société.

 

Le problème, c'est qu'il est difficile de mesure la délinquance dans un pays. En effet, il peut y avoir un monde entre les chiffres fournis par la police et la justice et ceux de la délinquance réelle, pour beaucoup de raisons : les femmes ont longtemps passé (et passent encore) sous silence un grand nombre de délits commis à leur encontre par peur du contrôle social informel (le qu'en dira-t-on en cas de violence conjugale, de harcèlement sexuel et de viol) ; d'autres ne se donnent pas la peine de signaler des vols, parce qu'ils pensent que les auteurs ne seront jamais poursuivis. La police, quant à elle, peut tout à coup faire monter certains chiffres parce que le pouvoir politique exige une image d'efficacité sur telle délinquance (trafic de drogue) plutôt que sur tel autre (fraude fiscale).  C'est ce que l'on appelle le chiffre noir de la délinquance.

 

C'est pourquoi on utilise de plus en plus les enquêtes de victimation, qui consistent à enquêter auprès d'un échantillon représentant la population afin de déterminer la proportion de personnes victimes d'un acte de délinquance. Évidemment, ces enquêtes elles-mêmes sont approximatives, puisqu'elles reposent sur les déclarations spontanées des gens, sans qu'on puisse en vérifier la véracité.




schéma d'Amélie S.
schéma d'Amélie S.

Analyser une vidéo, avec les notions vues dans ce chapitre

Par groupes de 4, regardez cette vidéo.

Répondez aux questions suivantes : 

1/ Listez les personnages de court-métrage et leur rôle

2/ Explique le titre de court métrage de Claire Nardon "Tu devrais être flattée". 

3/ Quel lien peut être fait entre cette vidéo et les notions de ce chapitre ? 

Vous pouvez écrire le script d'un sketch en reprenant les différents rôles de ce court-métrage et leurs arguments. 


Mémoriser les notions de la 2ème partie avec les jeux de cartes de Gurunes :